Je suis passé au statut portage salarial :

Étant diplômé de l’enseignement supérieur, je souhaitais travailler chez moi de manière autonome, mais j’étais un peu découragé par la lourdeur des formalités fiscales et sociales qu’il faut remplir quand on travaille à son compte. Par ailleurs, compte tenu de mes qualifications, j’étais quasiment certain de dépasser rapidement le seuil de 32 600 € au-delà duquel je n’aurai plus droit au statut d’auto-entrepreneur.

En conséquence, je me demandais quel était le statut qui me conviendrait le mieux compte tenu du fait que j’avais un portefeuille de clients. C’est alors que j’ai découvert le statut du portage salarial

avec Ad’mission

Avec ce statut, je travaille chez moi tout en bénéficiant du statut de salarié. J’apprécie surtout le fait de ne pas être obligé de tenir une comptabilité et de déposer des déclarations fiscales complexes. Je dois simplement réaliser les missions que les clients m’ont confiées conformément aux engagements que j’ai pris envers eux.

De plus, mon employeur me fait profiter de sa structure et notamment des moyens dont il dispose pour faire des campagnes de marketing ou pour engager des procédures de recouvrement si c’est nécessaire. Il me fait aussi bénéficier de son image de marque alors que j’aurais beaucoup de mal à attendre moi-même une notoriété suffisante pour développer mon activité.

Par ailleurs, je profite des avantages que la loi accorde à tout salarié, c’est-à-dire les congés payés, le droit la formation, la prime de fin de contrat lorsque le contrat est à durée déterminée.

Enfin, les modalités de ma collaboration avec mon employeur sont les suivantes : je lui ai donné les renseignements nécessaires pour établir les contrats de mission avec les clients ainsi que mes bulletins de paie et nous avons signé un contrat de travail. . D’autre part, je lui adresse régulièrement des comptes-rendus d’activité.

 

Des accessoires très particuliers : les gaines de ventilation

Une gaine de ventilation est un tuyau, rigide ou flexible, qui sert à faire circuler des gaz à l’intérieur de bâtiments sans intoxiquer les personnes qui s’y trouvent. Ces gaines sont propices aussi bien à l’aspiration qu’au refoulement des gaz qu’elles contiennent. On les trouve dans toutes sortes de bâtiments : dans des logements mais aussi dans des bureaux et des usines, sans compter les mines, les grandes surfaces etc. Les gaines sont en général fixées au plafond, dans les murs ou bien entre deux étages. Une gaine ventilation peut servir à une convection naturelle, qui utilise uniquement les flux de chaleur et les courants d’air, ou bien pour une ventilation mécanique, cette dernière s’effectuant au moyen d’un moteur ventilateur.

Gaine de ventilation : lorflex

 

 

Les vapeurs acheminées par les gaines de ventilation

 

Les gaines de ventilation servent à aspirer ou à refouler différents types de substances toxiques pour l’organisme humain. Il s’agit par là de fumées de soudure, de vapeurs de peinture, mais aussi de vapeurs agressives et explosives. En outre, les poussières libérées lors d’un dépoussiérage sont également acheminées par les gaines de ventilation, ainsi que les dégazages d’hydrocarbures. Sans oublier les rejets dégagés par l’activité nucléaire, ou à très haute température. Ces gaz et autres poussières sont acheminées au moyen d’une gaine ventilation vers un lieu clos où ils peuvent être traités sans être nocifs pour les êtres humains.